... et prenons un grand bol de liberté, avec La petite écuyère !

commander le livre


Le petit poney galopait, et sa crinière flottait comme un étendard. Justine, très pâle, les yeux clos, se cramponnait de toutes ses forces. Mais elle ne tomba pas comme elle l’avait craint si fort...


Une histoire aux allures d’un conte classique, campée dans un petit village et présentant la rencontre entre une fillette et un poney. Une aventure hors du quotidien mettant à l’épreuve la jeune protagoniste qui doit apprendre à combattre ses peurs, magnifiquement illustrée par Gérard DuBois.


Charlotte Gingras a d’abord été une petite fille amoureuse de tous les chats et les chiens qu’elle rencontrait sur la rue, puis une adolescente vêtue de noir et dévoreuse de livres. Plus tard elle est devenue enseignante, puis artiste en arts visuels. Elle est maintenant une écrivaine à plein temps. Deux de ses romans ont reçu le prestigieux Prix du Gouverneur général.


Peintre et illustrateur, Gérard DuBois travaille pour de nombreux journaux et magazines réputés, tant en Amérique du Nord qu’en Europe. Il a collaboré à plus d’une quinzaine d’ouvrages, littérature jeunesse et adulte, pour ne citer que, récemment, Au-delà de la forêt (Seuil jeunesse) et Enfantillages (le Rouergue). Son travail a reçu de nombreuses distinctions, dont quatre médailles d’or de la Society of Illustrators et deux nominations au Prix du Gouverneur général du Canada. Chez Grasset-Jeunesse, il a illustré le très beau Un pommier dans le ventre, écrit par Simon Boulerice.

La petite écuyère de Charlotte Gingras & Gérard DuBois sera en librairie le 24 janvier 2018.





*** On en parle ***


Mya books : "un très beau livre qui rassure, apaise, émeut et redonne le sourire. J'ai beaucoup apprécié la délicatesse et le charme de ce bel ouvrage"Mon stylo voyageur : "Une belle histoire qui permet à l'enfant de surmonter ses peurs, de trouver de l'affection auprès d'un animal et de prendre soin de lui. Cette histoire montre aussi les croyances des anciens, dont ils ne démordent pas, qui font souffrir les plus jeunes ou les confrontent avec dures réalités de la vie"Tiroir à histoires (Le) : "La petite écuyère est bien plus qu'une petite histoire charmante au goût d'antan : il y gronde, tout doucement, presque imperceptiblement, un vent de révolte et de liberté. C'est un très beau récit, qui joue avec l'implicite, à la frontière parfois ténue entre l'histoire et la légende. Un album délicat et poignant, subtilement irrévérencieux sous le charme suranné de ses dessins" Coin des p’tits loups (Le) : "une histoire d’amitié entre une petite fille et un animal qui sera déterminante pour tous deux : Justine, grâce à son ami, apprivoisera ses peurs, grandira et s’affirmera et l’animal, avide de liberté, grâce à cette petite fille, reprendra confiance en l’humain… (...) Une belle réussite, à tous points de vue ! A partir de 5 ans" Est républicain (L') : "Il y est question de confiance en soi, de maltraitance faite aux animaux, de rencontres qui font du bien et d'amitié improbable. Vibrant album." Boojum : "un voyage sur les chemins de l’enfance. Porté par le beau texte de Charlotte Gringras et les illustrations de Gérard Du Bois, La petite écuyère est un beau moment à partager avec son enfant" Notes bibliographiques : "La peur, une belle chevauchée, le repos au bord du ruisseau et le retour au village jalonnent un récit riche en péripéties et en émotions que les illustrations douces captent à merveilles. Le dessin a un trait sensible et les crayons de couleur donnent des nuances très douces à cet album publié pour la première fois en 2005 aux éditions La Courte Échelle (Canada)" Revue des livres pour enfants (La) : "Publié pour la première fois au Canada en 2005, cet album merveilleux est un classique en puissance. Le récit, parfaitement tenu, est d'une grande force, l'écriture réussit la simplicité sans perdre en précision, et les images de Gérard DuBois nous étonnent à nouveau par leur fraîcheur, leur raffinement, leur beauté. Enfin, comme une hérpïne de Sendak ou d'Ungerer, Justine triomphe à la fin, en dépit de la peur, des contraintes et de la violence qu'on lui impose et s'accomplit pour devenir la petite écuyère du titre. À ne pas manquer." Bruxelles Culture : "Histoire généreuse, La petite écuyère a été imaginée par Charlotte Gringas et Gérard DuBois et bénéficie de jolis dessins au pastel qui collent parfaitement au ton du récit."

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.